Les jeux vidéo qui ont été interdits et les histoires choquantes derrière !

Introduction : Quand le jeu vidéo devient controversé

Le monde des jeux vidéo est souvent considéré comme un univers de divertissement où chacun peut s’évader, s’amuser ou même apprendre. Cependant, certains jeux ont franchi la ligne et ont été considérés comme inappropriés, voire dangereux, par les gouvernements et les organisations du monde entier. Ces jeux ont été interdits pour diverses raisons et leur histoire fait aujourd’hui partie de la culture du jeu vidéo. Dans cet article, nous allons explorer quelques-unes de ces histoires choquantes derrière ces jeux vidéo interdits.

Première partie : Quand la violence devient insoutenable

Manhunt 2, développé par Rockstar Games, est l’un des jeux les plus célèbres pour avoir été interdit dans plusieurs pays en raison de sa grande violence. Le joueur incarne un patient d’un asile psychiatrique qui doit tuer pour survivre. Les scènes de meurtre sont extrêmement graphiques et détaillées. Suite à sa sortie en 2007, Manhunt 2 a été interdit au Royaume-Uni, en Irlande, en Italie, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Un autre exemple est Mortal Kombat, une série de jeux de combat connue pour ses fatalities sanglantes. Certains épisodes ont été censurés ou interdits dans plusieurs pays, dont l’Australie et l’Allemagne. Plus récemment, Mortal Kombat 11 a été interdit en Ukraine en raison de la représentation de la déesse slave Kombat et du personnage nazi Erron Black.

Deuxième partie : L’interdiction pour des raisons politiques ou culturelles

Dans certains cas, les jeux vidéo sont interdits pour des raisons politiques ou culturelles. Par exemple, Homefront, un jeu de tir à la première personne développé par Kaos Studios, a été interdit en Corée du Sud en raison de sa représentation d’une invasion nord-coréenne.

De même, Pokémon GO a été interdit en Iran pour des raisons de sécurité nationale. Les autorités iraniennes craignaient que le jeu ne soit utilisé pour espionner des sites sensibles ou pour organiser des rassemblements anti-gouvernementaux.

En Chine, le jeu Plague Inc., dans lequel le joueur doit propager une maladie mortelle dans le monde entier, a été retiré des magasins d’applications en 2020 au début de la pandémie de COVID-19. Les autorités chinoises ont déclaré que le jeu contenait du « contenu illégal », sans donner plus de précisions.

Troisième partie : Les jeux vidéo qui touchent à des sujets sensibles

Certains jeux vidéo abordent des sujets sensibles et controversés, ce qui peut entraîner leur interdiction. Par exemple, RapeLay, un jeu japonais sorti en 2006, met en scène un personnage qui doit violer des femmes pour progresser. Ce jeu a été interdit dans plusieurs pays et a suscité un tollé international.

De même, le jeu Active Shooter, qui permettait aux joueurs de simuler des fusillades dans des écoles, a été retiré de la plateforme Steam après une vive controverse et de nombreuses protestations en 2018. Les développeurs ont finalement décidé de ne pas publier le jeu.

Conclusion : Le débat sur la censure et la liberté d’expression

Ces jeux vidéo interdits soulèvent un débat complexe sur la censure et la liberté d’expression dans l’industrie du jeu vidéo. Certains estiment que les développeurs devraient être libres de créer des jeux sur n’importe quel sujet, tandis que d’autres pensent que certaines limites doivent être respectées pour protéger les joueurs et la société.

Quoi qu’il en soit, ces histoires choquantes derrière les jeux vidéo interdits continueront à alimenter les discussions et à faire partie intégrante de l’histoire du jeu vidéo. Et vous, qu’en pensez-vous ? Êtes-vous pour ou contre la censure dans le monde des jeux vidéo ? N’hésitez pas à partager votre opinion dans les commentaires et à découvrir d’autres articles similaires sur notre site.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*